Rechercher
  • contact Pohyel

Les hommes de Science et la géobologie.

Dernière mise à jour : sept. 24

Yves Rocard (1903-1992)


Que pensait-il du sourcier ?



En 1963, la revue "Science et Vie" (Mai 1963 N° 548) lui a consacré tout un article qui reprend ses recherches en géobiologie (par le truchement de la radiesthésie) "Après des années de polémique, Science et Via l'affirme "Oui la radiesthésie est vraie !" " l'auteur de ce dossier, Charles-Grégoire Maubert, a longuement interviewé le Pr Yves Rocard ; celui-ci explique comme suit les raisons pour lesquelles la baguette de sourcier se met à bouger à certains moments : " (...) l'eau qui filtre dans des milieux poreux, sous l'action d'une différence de pression, fait, naître des potentiels électrocinétiques, par un effet Quincke, bien connu depuis 1850. Ces potentiels font circuler dans la terre des courants électriques. En outre, dans nombre de cas, des phénomènes accessoires, liés à la présence de l'eau, provoquent dans le sol des différences de potentiel corrélatives souvent bien plus importantes."



Père de la bombe atomique française et de Michel Rocard, ancien Premier Ministre, Yves Rocard est Normalien, docteur en mathématiques et en physique, agrégé de Sciences Physiques, chercheur dans l’industrie et à l’université.

Ses travaux ont portés sur la radio-astronomie, la météorologie, les semi-conducteurs. Il a doté la France du premier accélérateur à particules linéaire, à Orsay, dès 1955. Il a été consultant scientifique au CEA et résistant pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il a commencé à s’intéresser à la radiesthésie à partir de 1957, sans en faire état. C’est à partir de 1963 qu’il commence à publier sur la radiesthésie. Son article, paru dans Sciences et Vie, fait débat : sa thèse sur le principe de fonctionnement de la radiesthésie (variation infime du champ magnétique à l’aplomb d’un courant d’eau souterrain, de l’ordre du millitesla, ressentie par une personne assez sensible) n’est pas admise, et ses expériences son critiquées pour leur manque de rigueur (possibilité de biais dû à l’auto-suggestion).

Ses expériences ont été refaites au moins 2 fois : par une équipe américaine qui confirme les résultats d’Y. Rocars, et par des étudiants en physique, dans les années 1990, qui les infirment. Malgré cela, il persistera dans ses convictions. Ses recherches « insolites » lui coûteront son fauteuil à l’Académie des Sciences. L’analyse de son protocole fera l’objet d’un article ultérieur.

Source : Wikipédia et Les Amis de la Radiesthésie.


Édouard Branly (1844-1940)

Édouard Branly a été l’un des membres fondateurs de l’association Les Amis de Radiesthésie.

Il est agrégé de sciences physiques et naturelles, docteur en sciences physiques. Il reprendra par la suite des études de médecine et deviendra docteur en médecine en 1877.

Ses travaux ont porté sur la radioconduction, les diélectriques minces, la télémécanique. Il est également l’inventeur de la TSF (Télégraphie Sans Fil).

Il a par ailleurs été membre de l’Académie des Sciences de Paris, et membre de plusieurs autres académies européennes.*


Henri Deslandres (1853-1948)

Lui aussi membre fondateur de l’association des Amis de la Radiesthésie et membre puis président de l’Académie des sciences, Deslandres est polytechnicien, docteur en physique et astronome.

Initialement militaire (engagé à l’issue de sa formation polytechnicienne comme capitaine), il s’est également illustré comme officier du génie pendant la guerre 1914-1918, terminant lieutenant-colonel.

Deslandres a travaillé sur la spectroscopie, établissant un modèle numérique décrivant les raies de Balmer. Il est le père de l’astrophysique moderne, et ses découvertes ont catalysé la naissance de la physique quantique.

Source : Wikipédia.


Arsène d’Arsonval (1951-1940)

Également fondateur de l’association Les Amis de Radiesthésie, d’Arsonval est médecin et physicien. Il a été directeur du laboratoire de biophysique du Collège de France et a cofondé l’École Supérieur d’Électricité (devenue Supélec).

Ses travaux ont porté sur l’électrophysiologie. Il est l’inventeur du galvanomètre, du premier téléphone adopté par les PTT, du vase d’Arsonval (bouteille isotherme à double paroi, ancêtre des bouteilles Thermos), et ses travaux sur la liquéfaction des gaz déboucheront sur la création d’Air Liquide.

Il a été membre de l’Académie des Sciences et de l’Académie de Médecine.

Source : Wikipédia et Les Amis de la Radiesthésie.

https://radiesthesiescientifique.wordpress.com/2013/05/16/les-scientifiques-et-la-radiesthesie/

66 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le serpent Cosmique ou l'adm du savoir

Anthropologue et auteur notamment du Serpent cosmique. L'ADN et les origines du savoir (Georg, 1997), Jérémy Narby étudie l’ethnie indienne des shipibos, les vertus médicinales de l'ayahusca ("liane